Actualité & Politique

Assises de la médecine romande


LE 23 NOVEMBRE 2017 | PALEXPO (GENÈVE)

Evénement unique organisé par la Revue Médicale Suisse, spécialement pour les médecins et professionnels de la santé, à l’occasion des 125 ans de l’Association des médecins du canton de Genève (AMGe) et des 150 ans de la Société médicale de la Suisse romande (SMSR). Cet événement se compose d’une après-midi (voir ci-dessous) et d’une soirée (voir www.assisesmed.ch).

Pièce(s) jointe(s):
Fichier
Télécharger ce fichier (Ma vie de médecin_Flyer_jeunes medecins_WEB2.pdf)Flyer assises médecine romande

Apéro de l'ASMAV le 9 novembre

Tu souhaites révolutionner la formation des médecins vaudois, transmettre à l’ASMAV une situation problématique dans ton service ou alors obtenir des informations sur l’installation en cabinet ?
Cela tombe bien, car ton association préférée est à ta disposition lors du prochain « Apéro de l’ASMAV » !

Le principe est simple : un lieu, une date et les membres du comité à ta disposition pour partager apéro et discussions avec toi de façon informelle et en toute convivialité. 
 
Que tu sois membre ou pas,  si tu es médecin assistant(e) ou chef(fe) de clinique dans le canton de Vaud, sens toi libre de venir nous exposer tes questions/requêtes/inquiétudes/idées.

Dans le but d’anonymiser ces réunions, aucune inscription ne sera nécessaire.

Pour cette deuxième édition, rendez-vous au :
O Buro
ruelle du Flon 4 , 1003 Lausanne (quartier du Rôtillon)
le jeudi 9 novembre dès 19h !


On se réjouit de vous voir nombreuses et nombreux !

P.S. : si tu n’as pas d’idée précise et souhaites juste boire un verre ou manger une morce, tu es bien évidemment la/le bienvenu(e) !!

P.S. bis : les tapas seront offertes… ;-)



Plus de médecine, moins de bureaucratie !

L'ASMAV soutient la campagne nationale de sensibilisation de l'ASMAC pour diminuer le travail administratif des médecins-assistants et chefs de clinique.

Aujourd’hui, les médecins à l’hôpital ne parviennent à consacrer plus qu’un tiers de leur temps de travail aux malades. Ils passent une grande partie de la journée à accomplir des tâches administratives. L’ASMAC dit stop à cette tendance. Une campagne de sensibilisation rend non seulement attentif à la problématique, mais propose aussi des solutions concrètes. (Vous trouvez de plus amples informations plus bas.)

Brochure

Moins de travail administratif – d’accord, mais comment? La nouvelle brochure de la campagne «Plus de médecine, moins de bureaucratie» (in italiano) montre aux hôpitaux et établissements de formation postgraduée où il y a lieu d’agir.

 

Jeu de l’échelle

S’informer en jouant, c’est possible. Un jeu de l’échelle permet aux participants de surmonter ou buter contre les obstacles bureaucratiques qui font perdre un temps précieux aux jeunes médecins. Il peut être commandé gratuitement auprès de l’ASMAC. (Livraison uniquement en Suisse)

 

 

Information de base

En automne 2016, l’ASMAC a réalisé un sondage auprès des membres du pool de feed-back. Sujet: la réduction ou délégation de tâches administratives des médecins-assistant(e)s et chef(fe)s de clinique. Il en est ressorti que plusieurs de ces tâches peuvent facilement être effectuées par d’autres spécialistes. Par exemple l’échange administratif avec les caisses-maladie/assurances ou le codage des prestations fournies. L’enquête concomitante Swiss DRG, ST Reha, TARPSY réalisée par gfs.bern sur mandat de la FMH a montré que les médecins ne consacrent environ qu’un tiers de leur temps directement aux patientes et patients. Inversement, les membres de l’ASMAC passent, d’après un récent sondage, pour un plein temps près de 56 heures par semaine en service – soit environ 10 pourcent de plus que ne le permet la loi.
Conclusion: déchargée des tâches administratives pouvant être déléguées, la relève médicale pourra, malgré une présence réduite, passer davantage de temps à soigner les malades et ainsi assurer leur bien-être.

Pièce(s) jointe(s):
Fichier
Télécharger ce fichier (Flyer_ASMAC_bureaucratie.pdf)Flyer ASMAC stop bureaucratie

L'ASMAV soutient l'initiative populaire "Pour un congé paternité raisonnable - en faveur de toute la famille"

L’initiative en bref

Malgré le fait qu’un congé paternité payé soit demandé depuis plusieurs années par différentes organisations de travailleur-e-s, il n’y a pas de réglementation légale en Suisse pour un congé paternité. A ce jour, la paternité a la même valeur en temps qu’un déménagement, avec le droit à un seul jour de congé, pour lequel le paiement du salaire n’est même pas garanti pour tous (Code des obligations, article 329, a3). Pourtant, la population souhaiterait un congé paternité payé : en 2015, sur mandat de Travail.Suisse, un sondage représentatif de l’institut Link a donné un résultat très clair: 81% des sondés ont recommandé un congé paternité payé.

En mars 2016 quatre organisations faîtières des travailleur-e-s (Travail.Suisse), des hommes (männer.ch), des femmes (Alliance F) et des familles (Pro Familia Schweiz) se sont réunies pour former l’association « Le congé paternité maintenant ! ». D’autres s’y sont jointes et finalement, il s’agit de 140 organisations qui soutiennent un congé paternité payé. L’initiative, lancée le 17 mai 2016, demande un congé paternité d’une durée de 20 jours, à prendre de manière flexible (également des jours isolés) et ce, durant un an. Le congé maternité ne serait pas changé et le congé paternité serait financé par les allocations perte de gain (APG), avec un taux de compensation salariale de 80%. Le financement serait paritaire et solidaire, avec la moitié prise en charge par les travailleurs/-euses et l’autre moitié par les employeurs.


Pourquoi soutenir un congé paternité payé ?

Le médecin qui ne vit que pour son travail, et qui n’a pas de vie privée et de plus en plus rare. Actuellement, les médecins-assitant-e-s et chef-fe-s de clinique souhaitent pouvoir concilier  vie professionnelle et vie de famille. Trop souvent, cette dernière est mise au second plan, notamment lors de la naissance d’un enfant.

La période qui entoure la naissance d’un enfant n’est pas de l’unique ressort de la mère. En effet, les jeunes pères souhaitent également être présents et s’investir dans leur famille, pour eux-même, pour leur compagne et pour le bien de leurs enfants, qui ont besoin de leurs deux parents, et ce dès leur naissance. Les pères, s’ils en ont l’occasion, doivent actuellement prendre sur leurs jours de vacances s’ils veulent être disponibles pour leur famille à cette occasion.

Le congé paternité payé permettrait également aux jeunes mères de ne pas être laissées à elles-mêmes tout de suite après la naissance, avec les soins à apporter au nouveau-né et parfois également aux frères et sœurs de celui-ci. Par le passé, les femmes étaient entourées par leur mère, mais le taux d’activité des femmes augmentant sans cesse, les grands-mères sont encore actives professionnellement, ou habitent un lieu éloigné, et ne sont plus forcément disponibles. Les jeunes mères sont donc seules pour faire face à la période sensible qu’est l’après-naissance. Le congé paternité permettrait aux pères de soutenir leur compagne et donc de faire de la fondation d’une famille un projet commun.

De plus, le fait que les femmes soient absentes du travail après la naissance de leur enfant prétérite encore trop souvent leur perspective professionnelle, encourant le risque de ne pas avoir une carrière professionnelle satisfaisante. Le congé paternité rendrait normal que les pères ne soient pas continuellement à leur place de travail, donc à répartir le « risque professionnel et de carrière » dans ce contexte et à permettre aux femmes un meilleur retour au travail. Ceci serait économiquement profitable dans le contexte d’un manque de personnel chronique, et d’autant plus dans le domaine médical qui se féminise de plus en plus.

De manière globale, les femmes et les hommes en Suisse ont moins d’enfants qu’ils ne le souhaiteraient. Une des raisons est la difficulté à concilier famille et activité professionnelle. Dans le domaine médical, la difficulté de fonder une famille tout en poursuivant une carrière exigeante est importante, et les femmes médecin ont des enfants de plus en plus tard, voire n’en ont pas. Ceci a des conséquences en matière démographique, avec un taux de natalité qui reste bas, et donc à terme des difficultés à remplacer sur le marché du travail et à financer la retraite. En tant que médecins-assitant-e-s ou chef-fe-s de cliniques, nous sommes directement concernés, car il y a déjà pénurie de médecins !

Pour toutes ces raisons, l’ASMAV et l’ASMAC estiment que le congé paternité concerne tout le monde, femmes et hommes, et que les bénéfices à en tirer sont multiples, tant pour le bien des personnes elles-mêmes que pour la collectivité.

Vous trouverez les détails sur cette initiative : http://www.conge-paternite.ch